Quand noblesse oblige

Critiques (suite)

par mail

 

 

Message:

 

Bonjour Danielle, 

 

Te souviens-tu de moi, nous nous sommes rencontrées à la SABAM. 

 

Je viens de terminer ton livre. Sa lecture m'a volé des heures de sommeil tant je voulais avancer dans cette histoire bien ficelée. 

Tu as tenu ma curiosité en haleine en détaillant non seulement les relations amoureuses

(Axelle et Daphné, les parents Bronckhorst) mais aussi en me faisant découvrir un monde en "marge" de la société : la haute aristocratie. Les réflexions amenées à propos des relations hétéro et homosexuelle témoignent d'une profondeur murie et sans doute de situations éprouvées. Tu abolis les préjugés de tout ordre et les jugements à l'emporte-pièce. Ton écriture, par la richesse de ton vocabulaire et la noblesse de ton style transcrit le milieu traité. 

Bravo, bravo, bravo.

Thérèse Goffart alias Claire Mathy- écrivaine aux éditions MEMORY

 

Message:

 

Bonjour Mme Spruyti, votre livre est magnifiquement bien écrit, l'histoire est intense, l'écriture forte et souple à la fois, félicitations.

Très Cordialement, Laurence.

Message:

Bravo pour ce livre que je viens de découvrir grâce à ...Lézardes ! C'est extrêmement bien écrit et ça décrit si bien ce monde bourgeois.

Marilou M.

Message:

 

Je viens de terminer ton livre, j’en suis encore toute retournée. Une fois commencé, j’ai eu difficile de le mettre de côté pour assurer mes tâches journalières. Je pensais à Axelle et à Daphné, à leur amour si profond....  La fin est si triste, si pénible, j’en ai un noeuds dans la gorges.

C’était vraiment très très bon, merci. Tu es une merveilleuse écivain. J’espère sincèrement pouvoir bientôt encore te lire. 

Très bonne continuation.

Alison

Message:

 

Noblesse est vraiment le terme à mettre sur ce sublime écrit.

Josette R. Jr

Message:

 

J'ai achevé la lecture de votre roman hier, vers 1h du matin. Vous m'avez torturé le coeur. Rassurez-vous, je ne vous en veux pas, que du contraire. Je suis encore sous l'émotion de votre belle écriture. Merci.

 

 

Laurent.

Là, j'avoue, mon ego n'a pas résisté. C'est pas tous les jours qu'une personne vous écrit ça !